YVES KRIEF au Renoma Café gallery

Exposition du 03 décembre 2009 au 31 janvier 2010

Vernissage le 03 décembre 2009 de 18h à 21h

Maurice Renoma et sa complice artistique Pascale Rozenfeld, directrice de la 5e galerie, présentent l’artiste photographe Yves Krief, au Renoma Café Gallery du 03 décembre 2009 au 31 janvier 2010.
Yves Krief ne se définit pas comme un photographe, mais comme un « photograff ».
Son oeuvre est un mélange de photographies et de graphisme : un univers constitué d’une multitude de possibles qui a trouvé sa place dans le restaurantgalerie atypique de Maurice Renoma, le Renoma Café Gallery.

Dans l’ambiance street art new-yorkaise du lieu, où l’imaginaire et tous les sens sont en éveil, l’univers du « photograff » Yves Krief et celui du « modographe » Maurice Renoma sont en harmonie : deux personnages qui aiment la liberté de ne pas faire comme tout le monde, et surtout, d’interroger et de surprendre.

YVES KRIEF

Yves Krief est un compositeur dont les partitions ne sont pas faites de notes decmusique mais d’un savant mélange photographique.
Chacun de ses tableaux, auxquels il donne le nom de « Cent titres », est le résultat de la fusion d’une multitude d’images capturées lors de ses nombreuses pérégrinations (Paris, New York, Londres, Cuba..). En empathie avec notre époque, chaque détail constitutif de l’ensemble ouvre une porte vers notre inconscient. C’est pourquoi, à l’image de nos rêves, chaque composition est la somme d’une multitude de symboles qui s’appellent les uns les autres, pour décrire malgré l’auteur, des mondes habités, singuliers et fascinants. « En composant, j’exprime au travers d’une multitude d’images symboliques la somme de tous nos fantasmes », nous dit le compositeur. Dissimulé derrière des apparences trompeuses, puisqu’elles satisfont le premier regard sans rien livrer de leur intimité, chaque tableau s’envisage comme un songe, qui entre en résonance avec notre propre imaginaire. Si son travail puise sa genèse dans l’expression de son intimité, libéré de toute forme de narcissisme obsessionnel ses oeuvres ont acquis aujourd’hui leur propre autonomie et s’inscrivent dans une symbolique universelle qui laisse à chacun l’opportunité d’y lire sa propre histoire. Peu classique dans sa conception, ce travail l’est autant formellement. Une forte impression de picturalité se dégage de ces tableaux aux couleurs saturées parfois irréelles, aux lignes et perspectives construites. Hybrides et polymorphes, les compositions d’Yves Krief, nous invitent dans un bien étrange voyage.

Publicités